Voilà par où commencer pour rejoindre les milléniaux

image

C’est du 14 au 16 septembre qu’avait lieu PBI (Public Broadcaster International), une conférence regroupant des centaines de personnes représentant plus de 60 diffuseurs publics venus du monde entier pour aborder ensemble le thème des futures générations et des moyens à utiliser pour engager une conversation avec elles. Plusieurs grands thèmes ont fait surface lors de la conférence et j’ai répertorié les principaux qui se sont démarqués le plus selon moi.

Maxime St-Pierre, Directeur général Médias numériques, Radio-Canada

Maxime St-Pierre, Directeur général Médias numériques, Radio-Canada

L’authenticité
Ce fut unanime pour tous les diffuseurs publics. L’importance de l’authenticité et de l’émotion dans la communication de nos contenus (et de nos marques) a été au centre des discussions. Le principal défi étant de trouver un juste milieu afin de toujours innover dans des formes narratives différentes, tout en restant soi-même et aligné sur le mandat et les valeurs des diffuseurs publics.

La quête perpétuelle de l’engagement et de l’impact
Comment engager les auditoires dans une conversation à deux sens? Dans la réciprocité? Et comment créer également de l’impact afin de rayonner le plus possible? En théorie, nous sommes tous d’accord pour dire que les données fines sont une source d’information stratégique non négligeable dans la quête de l’engagement. Toutefois, l’utilisation des données semble plus ou moins intégrée dans le processus opérationnel de chacun. Un sujet qui fera surface assurément dans les prochaines conférences.

LOLYMPUS DIGITAL CAMERA’exploration : la dualité dans la recherche de la perfection versus le droit à l’échec
Un autre élément qui se démarque est la quasi-absence de la philosophie de développement de produits où l’on se permet d’explorer plusieurs petites initiatives et tester des approches avec le droit à l’échec, pour mieux développer des produits qui gagnent en richesse au fil du temps. Bien que certains diffuseurs publics ont quelques initiatives en place, l’adoption de ces nouveaux modes de fonctionnement devrait encore évoluer. De façon générale, nous sommes encore dans un état d’esprit où quand un projet est terminé, nous passons au suivant, alors qu’il commence tout juste à prendre vie.

Le clash des générations
Lors de l’événement, nous avons beaucoup entendu le terme “eux” pour qualifier les milléniaux et les GenZ, au détriment du “nous”. Le fait qu’il y ait une conférence sur ce sujet témoigne aussi de l’attention généralisée qu’accordent les diffuseurs publics à la génération des milléniaux et des GenZ. Il y a encore plusieurs défis à relever pour en arriver à utiliser le « nous » globalement et nous assurer d’inclure l’ensemble des générations dans les grandes stratégies de contenu, mais aussi dans les stratégies de contenants, ces derniers n’étant plus simplement le téléviseur, mais un écosystème personnalisé multiécran adapté au contexte d’utilisation de l’auditoire. Il y a donc encore beaucoup à faire. Le fait d’être conscient de ces enjeux est le premier pas dans la bonne direction. Certains diffuseurs publics ont mis en place des modèles d’équipe “par les milléniaux, pour les milléniaux” et semblent avoir du succès. Est-ce la clé pour engager les prochaines générations? Ne traitons pas ces initiatives à la légère, mais plutôt comme une opportunité d’enrichir notre offre globale tout en continuant de miser sur notre savoir-faire actuel, c’est à dire informer, éduquer et divertir.

– Maxime St-Pierre, directeur général, Médias numériques, Radio-Canada

Ce contenu a été publié dans Technologie, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire