Regard sur l’Arctique, vous connaissez?

Le lancement cette semaine de l’appli Regard sur l’Arctique/Eye on the Arctic de Radio Canada International (RCI) constitue une excellente occasion de parler de ce site. J’ignorais que RCI, avec l’appui de partenaires de pays circumpolaires, était à l’origine du site web consacré à l’Arctique le plus complet qui soit!

Regard sur l’Arctique/Eye on the Arctic propose un éventail de contenus, comprenant desnouvelles, des articles, des entrevues, des blogues, des photos et des vidéos, tous compatibles avec les tablettes électroniques et les téléphones intelligents. Pourquoi alors lancer une appli? « Les trois quarts des habitants de la planète possèdent un téléphone intelligent. Une application était donc le moyen logique d’étendre notre offre numérique, explique Soleïman Mellali, rédacteur en chef de RCI. Grâce à la technologie mobile, les gens qui s’intéressent à l’Arctique ont désormais un accès immédiat à notre contenu, offert en français et en anglais. Non seulement les services mobiles débitent l’information en continu et de manière instantanée, mais ils créent un lien permanent avec les auditoires. »

Eilis_ClydeRiver-NunavutJ’ai rencontré Eilis Quinn, gestionnaire et journaliste, pour en savoir plus sur ce site qui s’adresse d’abord aux habitants et aux travailleurs des régions nordiques, ainsi qu’à tous ceux qui se passionnent pour la culture, l’économie, la politique, l’environnement, les sciences et les enjeux sociaux en général, et dans les pays circumpolaires en particulier.

Quelle évolution a connue Regard sur l’Arctique au cours des dernières années? Créé en 2009 et lancé en 2010, Regard sur l’Arctique connaît depuis un franc succès! Nous collaborons aujourd’hui avec cinq partenaires médias représentant les régions circumpolaires, soit le Alaska Dispatch News, le Alaska Public Radio Network, Radio Sweden, Yle News Finland et l’Independent Barents Observer, qui couvre la Norvège et la Russie.

Nous avons aussi un groupe de blogueurs et de spécialistes qui contribuent régulièrement à Eye on the Arctic. Le volet français Regard sur l’Arctique traite d’enjeux à caractère nordique préparés par nos collègues de RCI et de Radio-Canada. Le plus fascinant dans l’évolution de notre site, c’est qu’aujourd’hui, nous recevons des demandes de partenariat ou de contribution d’autre nature de la part de spécialistes et d’autres médias, qui souhaitent profiter de notre rayonnement circumpolaire international. Je suis très fière du chemin que nous avons parcouru.

Comment Regard sur l’Arctique se fait-il le reflet des communautés du Nord auprès de ses auditoires? L’une des forces de Regard sur l’Arctique a été le rôle de plus en plus important joué par les communautés des médias sociaux. Les débats et les conversations qui s’y déroulent sont de très grande qualité. Dans cette sphère, un expert de l’Alaska peut discuter avec un habitant du Nunavut. Un activiste lapon en Finlande peut se joindre à une discussion sur les enjeux climatiques au Nunatsiavut (la région inuite autonome de Terre-Neuve-et-Labrador). Notre objectif n’est pas tant de faire connaître le Nord aux habitants du Sud que de créer un espace où tous ceux qui s’intéressent à l’Arctique ou qui désirent en savoir davantage sur cette région peuvent suivre les discussions et les débats entre les communautés locales et les experts, de toutes les régions du Grand Nord.

Qu’est-ce qu’une initiative journalistique combinant les forces de la presse écrite, de la radio et du web de l’ensemble des pays circumpolaires peut réaliser de plus que les autres médias? En raison des changements climatiques, l’Arctique est au cœur des débats internationaux. La région demeure toutefois pratiquement impossible à couvrir par un seul média en raison des énormes distances et des coûts exorbitants que représentent les déplacements sur ce territoire. Grâce au partenariat que nous avons conclu avec d’autres médias de la région circumpolaire, nous pouvons présenter à nos auditoires une couverture journalistique à jour et véritablement internationale de l’Arctique, non seulement sur le plan de la géographie, mais du point de vue des perspectives offertes. Nous pouvons ainsi présenter les enjeux de l’Arctique canadien dans un contexte plus large. Nous souhaitons devenir la référence unique et incontournable de l’actualité internationale dans l’Arctique. Rien de moins.

Quelle est votre plus grande fierté dans votre travail et dans ce que vous accomplissez à Regard sur l’Arctique? Je crois sincèrement que c’est la qualité des conversations et des liens qui prennent forme dans les médias sociaux autour du site Regard sur l’Arctique qui me rend le plus fière.

Je suis comblée lorsque je vois qu’un auditeur du Groenland a été touché par un documentaire sur une personne du Nunavik, dans le nord du Québec, ou qu’un Suédois habitant le cercle arctique a publié un tweet à propos d’un enjeu social concernant les Territoires du Nord‑Ouest pour faire part d’expériences semblables qu’il a vécues. Ces conversations sont exactement le genre d’échanges que nous voulons susciter au sein des communautés de l’Arctique. C’est incroyablement gratifiant.

Quel conseil avez-vous suivi tout au long de votre carrière? Du temps où je travaillais au Daily News à New York, j’avais un collègue qui faisait constamment la une et qui rédigeait des articles de façon très intéressante. Lorsque je lui ai demandé son secret, il m’a répondu : « Je ne fais qu’aller dans la direction contraire de tous les autres. » J’en ai tiré une leçon importante, soit de ne pas essayer de suivre la vague, mais de chercher l’histoire ou l’angle que personne n’a encore exploité et de m’y consacrer.

Qui vous inspire le plus dans votre travail? Il s’agit de Sheila McLeod Arnopoulos, une journaliste de Montréal qui a remporté un nombre incalculable de prix tout au long de sa carrière, dont un des Prix littéraires du Gouverneur général. Elle a touché à tous les genres, autant le journalisme d’enquête infiltré que l’essai et le roman. Elle m’a enseigné le journalisme à l’Université Concordia et je l’admire pour son travail journalistique, mais aussi comme personne. Elle a pris sa retraite de Concordia il y a plusieurs années et parcourt depuis le monde pour écrire des livres et faire des reportages sur une diversité de sujets, allant des femmes et du microcrédit comme agents de changement dans des villages en Inde jusqu’à l’influence des femmes dans le paysage politique de la Tunisie. Elle demeure l’une de mes plus grandes inspirations.

Téléchargez l’application Regard sur l’Arctique/Eye on the Arctic sur l’Apple Store ou sur Google Play.

Écoutez une entrevue où Eilis parle de la nouvelle application à The Link (en anglais) et à Tam Tam (en français).

– Jacinthe Lacombe-Cliche, rédactrice principale, Communications institutionnelles

promotion Appli EOTA - Image

Ce contenu a été publié dans RCI, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire