Recherchés : membres des Premières Nations pour stages en journalisme à Radio-Canada

Une nouvelle forme de partenariat avec des organisations et des membres des Premières Nations est sur le point de voir le jour à Radio-Canada. J’utilise ici le mot « partenariat » parce que l’ensemble de ce projet repose sur un véritable esprit de collaboration soutenue entre le radiodiffuseur public et les Premières Nations.

Luc Simard, directeur du secteur Diversité et Relations citoyennes à Radio-Canada, travaille depuis deux bonnes années à implanter des stages rémunérés d’un an en journalisme pour les membres des Premières Nations. Il s’est inspiré d’un programme similaire lancé il y a quelques années par la CBC – un programme qui a donné de vrais résultats, dont le portail CBC News/Aboriginal (en anglais) que je vous invite à visiter, si vous ne le connaissez pas déjà.

Ma conversation avec Luc a été passionnante, aussi bien vous le dire tout de suite. D’emblée, il lance : « C’est vraiment un projet gagnant-gagnant. » Autrement dit, les stages d’un an dans les salles des nouvelles de quatre régions du Québec (Sept-Îles, Saguenay, Trois-Rivières et Québec) profiteront autant à Radio-Canada qu’aux partenaires autochtones, dont le Conseil en éducation des Premières Nations et les médias membres de la Société de communication Atikamekw-Montagnais. L’encadrement des stagiaires se fera autant par les collègues de Radio-Canada que par les organisations autochtones, une nouveauté.

Le but des stages est, bien sûr, de recruter et d’intégrer des journalistes membres des Premières Nations à l’Information de Radio-Canada, mais cette collaboration va dans les deux sens. Les stagiaires pourront aller et venir entre le radiodiffuseur public et les médias autochtones dont ils sont issus. Cette flexibilité, à laquelle tiennent les membres des Premières Nations, permettra aux stagiaires de faire profiter leurs médias de leurs nouvelles connaissances et expériences. « Il ne faut pas oublier que la moitié des autochtones au Québec vivent en ville, mais ils tiennent à garder un lien bien vivant avec leurs racines, leur communauté, le lieu où leurs parents et grands-parents ont vécu », précise Luc.

De son côté, Radio-Canada a tout à gagner de cette nouvelle forme d’association basée sur l’ouverture : non seulement les stagiaires permettront au radiodiffuseur public d’offrir une couverture plus exacte et sensible des réalités des Premières Nations, y compris les initiatives intéressantes qui voient le jour dans les communautés, mais ils pourront également traiter des sujets généraux d’actualité selon une perspective autochtone. « Je serais bien intéressé à voir comment un reporter autochtone pourrait approfondir les questions environnementales ou d’administration publique », me confie Luc.

J’ai bien hâte de connaître les réalisations concrètes de ces stages à partir de l’automne 2016. Pour le moment, les membres des Premières Nations intéressés peuvent envoyer leur C.V. accompagné d’une lettre de motivation avant le 15 juillet 2016 par le biais de notre site institutionnel.
– Jacinthe Lacombe-Cliche, rédactrice principale, Communications d’entreprise

Ce contenu a été publié dans Contenus Autochtones, Étudiants, Radio-Canada, Régional, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire