1 jour. 24 heures. 34 millions de vies.

Chaque jour, il se passe des choses extraordinaires au Canada. Les Canadiens ont des histoires remarquables à raconter. Au cours des 75 dernières années, CBC/Radio-Canada nous a permis de partager ces histoires entre nous.

C’est ce riche héritage que nous soulignons cette année avec Un jour, un documentaire spécial et un projet en ligne de CBC/Radio-Canada invitant le public à participer à la création d’un portrait unique dépeignant 24 heures dans la vie des Canadiens, de l’aube au crépuscule, d’un océan à l’autre.

Nous demandons aux Canadiens de saisir un moment de leur vie le 30 avril 2011 et de le partager avec nous. En plus de la possibilité d’apparaître dans ce documentaire spécial, les participants peuvent aussi gagner des prix très intéressants. Pour en savoir plus sur la manière de participer, cliquez ici.

– Sarah Lue, animatrice de blogue, CBC/Radio-Canada

Ce contenu a été publié dans 75e anniversaire, Canadiens, Les gens, Programmes, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à 1 jour. 24 heures. 34 millions de vies.

  1. joseleclair dit :

    Je ne me marie pas dans quelques heures comme la princesse Kate…canadienne de naissance, je me suis mariée avec mon âme sœur il ya 7 ans dans une mosquée d’un village du Mali en Afrique de l’ouest et j’ai renouvelé civilement ces vœux en 2006 dans une mosquée de Montréal. Mon mari est un sage…un sage africain. Nous vivons paisiblement dans un petit village de Lanaudière de 1500 habitants. Un village qui est jumelé depuis 25 ans avec le village africain de mon mari … voilà l’engagement qui anime notre existence. Aujourd’hui, nous avons été à la rencontre des tous petits de notre communauté pour leur raconter un conte malien : l’éléphant et le hérisson. Les liens de partenariat s’établissent au plus jeune âge. La solidarité internationale est l’ancrage de notre engagement dans notre communauté. Nous ne rêvons pas de richesse individuelle, nous vivons dans l’espoir d’une plus grande justice sociale pour les pauvres d’ici et d’ailleurs. J’ai 51 ans et tout ce que j’espère c’est que ma société soit dirigée vers le projet de vie de mes enfants et de mes petits enfants. C’est eux qui ont besoin d’être aidés. Et eux ils sont nettement préoccupés par l’environnement. C’est en se sentant utile, actif, performant, simple et vrai que nous participons à l’équilibre des mondes.

Laisser un commentaire