Johanna Wagstaffe, animatrice de Fault Lines

io_route_vancouver_bloc3_frÊtes-vous prêt pour le « Big One »? Grâce à CBC Vancouver et à l’équipe derrière le balado original Fault Lines, les Canadiens en savent beaucoup plus sur ce tremblement de terre dévastateur qui menace la Colombie-Britannique. Et maintenant, ils peuvent aussi mieux s’y préparer.

La série, animée par la météorologue et sismologue principale de CBC Vancouver, Johanna Wagstaffe, a intéressé des centaines de milliers d’auditeurs de partout dans le monde. Dès la première semaine, Fault Lines s’est hissée à la première place du palmarès d’iTunes. L’équipe a également produit une vidéo pour aider les Canadiens à assembler leur propre trousse d’urgence en cas de catastrophe.

Q. Qu’est-ce qui vous a le plus surpris pendant la réalisation de cette série?
R. La candeur des personnes que nous avons interviewées. J’espérais que les scientifiques à qui nous avons parlé seraient francs à propos de notre manque de préparation en cas de tremblement de terre, et ils l’ont été. Les conversations que nous avons eues avec les responsables municipaux et les planificateurs étaient instructives. Ils ont réalisé que nous ne cherchions pas que de courtes déclarations, et c’est pourquoi leurs réponses étaient si franches.

Q. Quels conseils donneriez-vous à ceux et celles qui aimeraient découvrir le monde des balados?
R. Si vous vous passionnez pour un sujet ou pour une histoire, et même si ce sujet vous semble très spécialisé, il y a assurément d’autres personnes qui sont prêtes à écouter votre balado et à y contribuer. La réussite de votre projet passe par le travail d’équipe!<

Q. À quoi ressemble une journée typique pour vous à CBC/Radio-Canada?
R. Il n’y a pas une journée pareille, et c’est ce que j’aime! Dans le cadre de mon travail pour CBC News Network et CBC Vancouver, je suis toujours à l’affût de sujets intéressants liés à la météo et à la science, que je propose ensuite aux réunions de production. Après, je collabore avec les différentes équipes tout le long de la journée pour suivre l’évolution des sujets. J’aime beaucoup l’aspect « nouvelles » du travail avec les rédacteurs et les réalisateurs, et le fait de pouvoir échanger avec d’autres collègues météorologues et scientifiques. C’est le meilleur des deux mondes!<

— Sarah Lue, conseillère en médias sociaux, Communications d’entreprise

Ce contenu a été publié dans Programmation, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire