Médias au Canada : perspectives d’avenir

Le 4 février, j’ai eu la chance d’assister, avIMG_3336 (1)ec deux de mes collègues, à quelques-unes des séances de discussion passionnantes de la conférence Prime Time in Ottawa de la Canadian Media Production Association (CMPA), qui rassemble des chefs de file de différents secteurs – cinéma, télévision, médias interactifs, radiodiffusion et télécommunications. La journée a débuté avec une discussion intéressante avec des poids lourds de l’industrie canadienne de la télévision et des médias : Canadian Media Leaders – A Look Ahead. Heather Conway (CBC), Steven Dunure (DHX Media), Tracey Pearce (Bell Média), Barbara Williams (Shaw Media) et Kaan Yigit (Solutions Research Group Consultants) y participaient.

Les panellistes ont beaucoup parlé de la transformation de l’industrie de la radiodiffusion et des stratégies de programmation pour leurs multiples plateformes traditionnelles et numériques. Heather a fait remarquer que malgré cette transformation, le rôle de CBC est tout à fait clair, car son mandat l’est tout autant. CBC se distingue des radiodiffuseurs privés en raison des éléments suivants, entre autres :

  • Nous offrons aux heures de grande écoute une programmation entièrement canadienne, ou presque;
  • Nous ne disposons pas d’un éventail de chaînes spécialisées pour diffuser nos émissions et répartir nos coûts;
  • Notre modèle économique est complètement différent de celui des radiodiffuseurs privés.

Par ailleurs, tous les leaders présents ont convenu que la télévision n’était pas morte. Ils sont toutefois convaincus que le modèle d’exploitation actuel de la télévision traditionnelle ne fonctionne plus. La production de contenu pour la télévision coûte cher, et le numérique offre des options qui défient toute concurrence. Cela dit, la télévision traditionnelle continue d’attirer des auditoires nombreux.

Sur le plan des droits sur les contenus, Heather a souligné que si CBC accorde la priorité aux droits nationaux, elle doit aussi être concurrentielle dans un monde où les droits mondiaux ou multirégionaux sont en demande. Le radiodiffuseur public du Canada est la destination par excellence pour les créateurs de contenus canadiens, et il collabore étroitement avec les producteurs indépendants pour s’assurer d’obtenir les « bons » droits.

Durant la période de questions, un participant a demandé de quelle manière CBC bouleversait le modèle d’affaires traditionnel. Tout en respectant son mandat de service public, CBC demeure résolue à offrir ses contenus sur de nombreuses plateformes – des services de radio, CBC Television et des plateformes numériques dont elle accélère le développement. D’ailleurs, CBC.ca est le site web de nouvelles le plus consulté au pays. Notre plus grand défi est d’ordre financier, car nous devons travailler dans deux mondes parallèles, ou presque. Diffuser des contenus sur plusieurs plateformes n’est pas simple, car il faut alors adapter les contenus aux appareils utilisés.

Vous aimeriez en savoir plus sur la discussion? Consultez l’enregistrement en ligne.

– Graeme Carbert, agent de recherche, Recherche et Analyse

Ce contenu a été publié dans Numérique, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire