Un entretien avec Thomas Yu, gagnant du concours Les héros du piano de CBC Music et ICI Musique

Plus tôt cette semaine, CBC Music et ICI Musique ont annoncé le grand gagnant du concours Les héros du piano, qui vise à choisir le pianiste classique amateur favori du Canada. Après trois jours d’intenses délibérations, les juges ont couronné Thomas Yu, qui repart avec un piano droit Steinway.

Nous avons discuté avec Thomas, un parodontiste de 37 ans de Calgary, afin d’apprendre à mieux le connaître.

1) Qu’est-ce qui vous a poussé à participer au concours? À l’université, je me suis beaucoup demandé ce que je voulais faire dans la vie. Je voulais devenir musicien professionnel, mais je ne voulais pas renoncer à mes études. À un certain moment, j’ai vraiment envisagé de quitter la faculté de médecine dentaire pour me lancer dans une carrière musicale. La décision de devenir musicien amateur n’a pas été facile à prendre, mais je peux maintenant dire que c’est la meilleure décision que j’ai jamais prise. Depuis, je me fais un objectif de vie d’inspirer mes semblables et de les convaincre de ne jamais abandonner leur passion de jouer au plus haut niveau possible. Je suis vraiment reconnaissant à CBC/Radio-Canada d’avoir décidé de célébrer aussi cette idée.

2) Depuis combien de temps jouez-vous du piano? J’ai commencé à 4 ans. Apparemment, j’observais attentivement mes sœurs aînées jouer, puis je m’installais au piano et reprenais ce qu’elles venaient de jouer. Ça les mettait en colère, mais c’est à ce moment que mes parents ont décidé de m’inscrire à des cours de piano.

3) Qu’avez-vous appris sur vous-même en jouant? Le piano, ce n’était pas très « cool » pour un enfant. Je me suis donc familiarisé avec d’autres instruments pour pouvoir jouer dans des groupes de rock (batterie, basse, guitare). J’ai aussi joué du trombone dans l’ensemble de jazz de l’Université de la Saskatchewan. Le piano m’a appris tellement de choses dans la vie : comment être passionné, créatif, je dirais même vivant! Il nourrit mon âme et lui permet de s’exprimer. Pour moi, faire de la musique, c’est très intime et ça me rend vulnérable, et le fait de pouvoir témoigner de ces énergies vitales m’apporte une incroyable liberté.

4) Avez-vous des mentors ou des personnes qui vous inspirent? Les mentors sont très importants dans ma vie, et je suis un produit de tout ce qu’ils m’ont appris. Je ne serais pas qui je suis aujourd’hui sans l’apport de mes professeurs de piano (principalement Robin Harrison et Bonnie Nicholson à Saskatoon, et Marc Durand à Toronto). Au cours de mes études en médecine dentaire, les Drs Fransisco Otero, Garnet Packota, Robert Wood et Howard Tenenbaum m’ont encouragé à toujours continuer le piano durant mes internats. Dans ma vie personnelle, le Dr Don Melady et Rowley Mossop sont devenus de très grandes influences de tous les instants.

5) Où mettrez-vous votre nouveau piano? J’ai l’intention d’offrir ce merveilleux piano droit Steinway à une personne au talent extrêmement prometteur.Il mérite un foyer où on l’aimera, avec lequel on jouera tous les jours et je l’espère, qui permettra à cette personne de développer son plein potentiel. Je suis encore très attaché à Saskatoon, où j’ai grandi et appris à jouer avec le soutien de toute la communauté. Je pense que j’ai un bon plan pour l’avenir de ce piano.

Vous pouvez découvrir ci-dessous la prestation de Thomas Yu qui lui a valu les grands honneurs. Il interprète le Widmung de Schumann, selon l’arrangement de Liszt.

– Sarah Lue, conseillère en médias sociaux, Communications institutionnelles

Ce contenu a été publié dans Musique, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire