Le futur… maintenant – Entrevue avec Emily Smith, stratège en contenu transmédia

Emily Smith est stratège en contenu transmédia chez *no campfire required, une boîte spécialisée dans la création d’expériences interactives sur de multiples plateformes média. Comme elle est toujours à l’affût des nouvelles façons de raconter une histoire, Emily a participé au Buffer Fest, un événement annuel soulignant le travail des créateurs les plus acclamés sur YouTube. C’est à cette occasion qu’elle a entendu parler de CBC, plus particulièrement du partenariat avec Fullscreen, et de ses collègues créateurs qui connaissent du succès dans cet espace. En tant que créatrice et spécialiste du marketing, c’est toujours intéressant de connaître les expériences des autres et de découvrir ce qui fonctionne bien pour eux dans leur façon de communiquer avec les auditoires.

Nous avons rencontré Emily pour lui parler de Buffer Fest et lui demander quoi regarder.

Qu’est-ce que tu aimes le plus de YouTube? YouTube a donné à de nouvelles personnes le pouvoir de créer du contenu rassembleur que les auditoires aiment regarder. Avec YouTube, c’est très facile de savoir rapidement ce que le public apprécie ou non. C’est fantastique d’avoir de la rétroaction aussi rapide.

Quelle qualité différencie un créateur YouTube des autres créateurs? Un créateur YouTube, c’est quelqu’un qui est toujours prêt à entamer un dialogue et à tisser des liens véritables avec l’auditoire. YouTube est une plateforme très personnelle. Avec la télé traditionnelle, les créateurs n’ont pas vraiment l’occasion de répondre aux commentaires de l’auditoire, d’échanger avec lui sur Twitter ou de donner suite rapidement à la rétroaction reçue dans la vidéo suivante de la série.

Comment les choses ont-elles évolué sur le plan de la création dans la dernière année? Ce qui m’a vraiment étonnée, c’est quand on a demandé aux gens lesquels d’entre eux ne regardaient plus la télévision traditionnelle et que la majorité des participants ont levé la main. C’est ça l’avenir. Le taux de désabonnement n’a fait qu’augmenter dans la dernière année.

En tant que créatrice de contenu numérique, j’ai l’occasion de m’adresser à un auditoire que les télédiffuseurs traditionnels n’arrivent plus à rejoindre. Depuis un an, les marques portent de plus en plus attention aux créateurs numériques pour cette raison et investissent davantage d’argent dans leurs projets. Cela se traduit parfois par des vidéos payées pour des produits qui ne « ressemblent » pas à un créateur ou par un manque de transparence lorsque du contenu est créé moyennant une rémunération. L’authenticité de votre marque et la transparence sont des éléments clés si vous voulez que votre auditoire vous fasse confiance. S’il ne vous fait pas confiance, ce lien personnel important peut disparaître facilement. C’est un aspect qu’on ne doit pas négliger.

Comment cette expérience vous a-t-elle changée comme créatrice de contenu et stratège de contenu transmédia? C’est une excellente occasion de se rappeler que le lien personnel est à la base de ce qu’on fait, qu’on doit constamment avoir à l’esprit de maintenir un dialogue avec notre communauté. On a discuté de nouveaux types de contenu et je pense que ça va nous amener à choisir un genre plus personnel dans l’avenir.

– Shayla Kelly, Spécialiste des communications, CBC/Radio-Canada

Ce contenu a été publié dans Contenus Autochtones, Médias Sociaux, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire