Judith Jasmin : une femme libre et indépendante!

Peut-être est-ce parce que je suis une femme que je suis si impressionnée par le parcours de mes pairs. Celles qui ont su laisser leurs marques à CBC/Radio-Canada ont toute mon admiration, particulièrement celles qui l’ont fait au début du siècle dernier, où leur statut était complètement différent.

Peu importe le rôle qu’elles ont joué, plusieurs femmes emblématiques se sont dévouées pour le service public. Elles ont faites évoluer la Société Radio-Canadienne, et ont eu un impact important dans notre société.

Judith Jasmin est l’une d’elles. Son nom m’était familier, mais j’étais loin de connaître l’importance de sa carrière. Pour moi, se rappeler son parcours, c’est lui rendre les honneurs, mais c’est aussi la remercier d’avoir ouvert la voie à des milliers de femmes.

Née en 1916 dans une famille modeste, elle n’a pu faire aucune étude supérieure. Ça ne l’a pas empêchée d’avoir une carrière impressionnante.

Arrivée à Radio-Canada dans les années 40, elle s’est fait connaître grâce à sa participation au radio-roman La pension Velder. Par la suite, elle s’est jointe au Service international de Radio-Canada puis aux nouvelles télévisées. En 1966, elle est nommée reporter aux Nations-Unies par Radio-Canada, puis à Washington. Libre et indépendante, elle a parcouru le monde et a rencontré les figures marquantes de l’époque. Elle est la première femme à s’être imposée comme journaliste au Québec.

Très impliquée dans les mouvements sociaux, elle n’hésitait pas à descendre dans la rue pour soutenir les causes qui lui tenaient à cœur. Membre fondateur du Mouvement laïque de langue française et grande féministe, on la décrivait comme une femme qui  «défiait les interdits». À l’écoute des gens, elle dénonçait les injustices et s’est dévouée à la cause des Noirs, des femmes et à la condition de vie des autochtones.

Malgré les conventions de l’époque, et grâce à son talent, sa détermination, son indépendance et son esprit de justice, Judith Jasmine a contribué à transformer la Société et est devenue une source d’inspiration pour des milliers de Canadiens.

Qui sont les Radio-Canadiennes qui VOUS inspirent?  Commentez ci-dessous et notre prochain blogue pourrait vous en apprendre plus sur elles!

– Marie-Eve Desaulniers, Conseillère principale, Projets et événements spéciaux, Communications institutionnelles

Radio-Canada présente un entretien de Judith Jasmin avec Hergé. L’auteur parle de ses débuts en dessin, de l’intérêt des enfants pour Tintin et des traductions de la bande dessinée.

Ce contenu a été publié dans Histoire, Les gens, Les talents canadiens, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire