À trois jours de Noël, les découvertes scientifiques de l’année

En cette fin d’année, j’étais curieuse de savoir quelles sont les découvertes marquantes de 2014 selon les animateurs et artisans d’émissions scientifiques de CBC et de Radio-Canada. À ma grande surprise, deux exploits de l’actualité scientifique de 2014 font l’unanimité.

La mission Rosetta

c_srivastavaSelon Chantal Srivastava, journaliste à l’émission Les années lumière sur ICI Radio-Canada Première, « réveiller une sonde et se poser sur une comète après 10 ans de navigation spatiale est une prouesse inouïe ».

Bob McDonald, animateur de Quirks & Quarks sur les ondes de CBC Radio One, nous explique pourquoi la mission Rosetta marque un tournant historique :

BobL’agence spatiale européenne a réussi un exploit inédit avec sa mission Rosetta, laquelle a permis au robot Philea de se poser sur une comète. L’atterrissage très mouvementé du robot est l’aboutissement d’un voyage qui aura duré dix ans. Même si Philea s’est posé dans un secteur ombragé de la comète, ce qui l’a forcé de se placer en mode de veille au bout de deux jours, les scientifiques ont pu réaliser la mission à 85 % et plus avant que les batteries du robot rendent l’âme. La mission n’est toutefois pas terminée. Au cours de la prochaine année, la sonde mère, qui fonctionne encore, restera en orbite autour de la comète qui passera devant le soleil et développera une queue. Il n’y a jamais eu de mission comme celle-là dans le passé.

L’épave du NSM Erebus

dando_sue3_webSue Dando, réalisatrice déléguée  à l’émission The Nature of Things de CBC Television, me confie qu’elle pourrait parler longtemps de la découverte de l’un des navires de l’expédition Franklin, « une expédition condamnée d’avance ». En 1845, le NSM Erebus et le NSM Terror disparaissent en mer alors que l’explorateur John Franklin et son équipage sont à la recherche du passage du Nord-Ouest, un raccourci entre l’Europe et l’Asie.

Pour l’équipe de Quirks & Quarks, « la découverte d’Erebus, le navire de Franklin, est un fait d’armes inégalé dans l’histoire de l’exploration de l’Arctique, de la technologie canadienne et un hasard heureux.  Ironiquement, la glace compactée qui a scellé le sort de l’expédition de Franklin a aussi détourné l’équipe de recherche plus au sud, dans le secteur où se trouvait l’épave du navire. »

« La prochaine étape consistera à explorer de plus près l’épave pour découvrir ce qui s’est réellement passé et de trouver son navire-jumeau, le Terror », ajoute Bob McDonald.

L’exploration était à l’honneur en 2014 et l’actualité scientifique nous réserve sûrement beaucoup d’autres découvertes en 2015.

– Jacinthe Lacombe-Cliche, rédactrice principale, Communications institutionnelles

Ce contenu a été publié dans Environnement, Histoire, La Culture, Les gens, Technologie, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire