Diffusion d’Igalaaq depuis Iqaluit

Imaginez. Vous vivez à Toronto et vous allumez la télévision pour prendre des nouvelles de votre communauté au téléjournal du soir. Vous attendez-vous à ce qu’il soit diffusé en direct depuis Winnipeg? C’est pourtant ainsi que les habitants d’Iqaluit, au Nunavut, ont reçu leurs nouvelles de début de soirée pendant 19 ans. L’émission Igalaaq de CBC, qui propose une revue des actualités du Nunavut et des Territoires du Nord-Ouest en inuktitut, était diffusée depuis Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest, à plus de 2 200 km d’Iqaluit.

Toutefois, depuis mai dernier, Igalaaq est diffusée depuis Iqaluit. Cette petite révolution a pu être réalisée à la suite d’un projet pilote – couronné de succès – qui a consisté à couvrir les élections au Nunavut en diffusant une émission en direct depuis Iqaluit, avec l’assistance de la régie de Yellowknife.

cbc northCette transformation de nos façons de faire a nécessité un travail d’équipe exceptionnel. En effet, l’équipe d’Iqaluit, qui produisait le contenu radio, a dû accepter non seulement d’intégrer un studio de télévision dans leur toute petite station, mais aussi d’apprendre à produire du contenu télé. Ainsi, le réalisateur radio est devenu un réalisateur télé, appelé à travailler sur la programmation, à offrir de l’encadrement aux animateurs en studio et à communiquer avec les réalisateurs de Yellowknife. Le technicien de diffusion radio fait office de caméraman. L’animateur télé est remplacé par les annonceurs radio, qui assurent également l’adaptation, la traduction et la voix hors champ en inuktitut pour l’émission de télévision. Le technicien de maintenance radio s’occupe aussi de la maintenance du studio de télévision, et deux postes de reporters ont été transformés en postes de vidéojournalistes, ce qui exige de la formation. Ce projet a été exécuté avec un budget minimal et dans un délai de quatre mois seulement.

Comment CBC North a-t-elle réussi à assumer ces nouveaux rôles aussi rapidement? « Nous sommes formidables! », rigole Jeff Gardiner, chef régional des TI, avant d’expliquer que, dans le Nord, faire preuve de souplesse et relever des défis techniques, ça fait partie du quotidien. Il n’y a aucune infrastructure pour le Réseau convergent de nouvelle génération (RCNG), qui fait le lien entre la plupart des installations de CBC/Radio-Canada, et les capacités large bande sont limitées. Les transmissions se font par satellite et elles sont toutes légèrement différées, y compris les transferts de données. Les employés savent qu’ils doivent composer avec ces contraintes. Par exemple, lorsque le réalisateur à Yellowknife donne le « go » à l’animatrice à Iqaluit, cela prend une seconde et demie avant que la voix de cette dernière soit diffusée. Elle doit donc savoir quand plonger et se mettre à parler. Ce décalage existe aussi pour l’affichage des sous-titres et des images, et l’équipe technique doit en tenir compte.

Et ce ne sont pas les seules embûches! Le personnel en régie à Yellowknife ne parle pas l’inuktitut, la langue de diffusion. Par ailleurs, tous les scripts sont en anglais, car il est impossible d’afficher en inuktitut sur le télésouffleur et dans le système iNEWS. L’animatrice doit donc traduire simultanément le texte qu’elle lit sur ces écrans!

Malgré toutes les difficultés, Jeff explique que dès qu’il a été possible de diffuser depuis Iqaluit, tout le monde a convenu que c’était la chose à faire pour promouvoir le Nunavut, ses habitants et leur culture, chez eux et dans leur langue. Par cet investissement dans les communautés, CBC North continue d’innover et de mieux faire les choses.

-Melanie Miles, rédactrice/réviseure, Communications institutionnelles

Publié dans CBC/Radio-Canada au travail, La Culture, Les gens, Technologie | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Tomas Urbina à Berlin : Ich bin Journalist aus Kanada

Réalisateur à CBC Radio, Tomas Urbina, a eu la chance d’être l’un des professionnels des médias sélectionnés pour participer au Arthur F. Burns Fellowship. Ce programme offre à de jeunes journalistes des médias imprimés et diffusés de divers pays l’occasion de parler métier avec leurs collègues outre-Atlantique, tout en travaillant comme correspondants à l’étranger pour l’organisation médiatique qui les emploie. Comme le séjour de deux mois de Tomas tire à sa fin, nous lui avons demandé de nous parler un peu de son expérience à Berlin.

***

TU Schleswig-Holstein farmC’est seulement la deuxième année que le Canada participe à ce programme créé il y a 26 ans. Nous avons donc été honorés et emballés de l’invitation. Nous sommes six participants à Berlin, et j’ai été intégré à l’équipe de The Local Germany, un site web de nouvelles en anglais couvrant l’actualité allemande.

Mes deux mois passés à découvrir Berlin (et à en tomber amoureux) et à chasser la nouvelle pour The Local et CBC – souvent dans différentes régions du pays – m’ont gardé très occupé.

Le programme comprend deux semaines de cours intensifs d’allemand au Goethe Institute, qui m’ont été des plus utiles. J’ai continué à apprendre et à m’exercer avec les personnes que je rencontrais en entrevue et dans ma vie de tous les jours à Berlin.

TU Berlin seniorsGrâce à ce programme, j’ai été exposé à la réalité trépidante d’une organisation de nouvelles en ligne. Avec une petite équipe, The Local produit 10 reportages par jour, principalement à partir de dépêches allemandes. Comme mon allemand était encore de niveau débutant, mes collègues m’ont donné du temps pour produire mes propres reportages sur tout un éventail de sujets, entre autres le combat mené par des personnes âgées contre un géant du secteur immobilier pour conserver leurs appartements, de minuscules villages qui construisent leur propre réseau Internet ultrarapide, l’approche allemande face à la montée du groupe armé État islamique, et le 25e anniversaire de la chute du mur de Berlin. Maintenant, je comprends mieux la valeur des organisations médiatiques qui offrent leurs contenus seulement sur Internet et les avantages de mettre ces contenus en ligne rapidement, ainsi que les facteurs qui accroissent le trafic sur des sites de nouvelles comme The Local.

Cette aventure a confirmé mon amour pour le travail de terrain. Grâce à mon parcours à CBC, je savais ce qui m’attendait dans la salle des nouvelles et quels types de sujets fonctionneraient bien sur le site web. Dans l’ensemble, l’expérience a été incroyablement positive, et les personnes que j’ai rencontrées et avec qui j’ai travaillé m’ont accueilli à bras ouverts. Je recommanderais ce programme sans hésiter.

- Tomas Urbina, réalisateur à CBC Radio et participant au Arthur F. Burns Fellowship

Publié dans Les gens | Marqué avec , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Les Journées de la culture à la Maison de Radio-Canada : c’est un rendez-vous!

RC_POJCSi vous prévoyez être à Montréal ce week-end, pourquoi ne pas faire un arrêt à la Maison de Radio-Canada pour célébrer les Journées de la culture! De 10 h à 17 h, toutes sortes d’activités intéressantes seront proposées pour toute la famille.

Pour plus d’information, vous pouvez lire le blogue de Radio-Canada. Vous pouvez aussi partager vos photos avec nous en utilisant  #jdc2014 et #radiocanada.

-Sarah Lue, conseillère, Médias sociaux, CBC/Radio-Canada

Publié dans Événements | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

CBC invite les membres du public à s’exprimer sur les enjeux municipaux dans le cadre du projet #CBCStreetTalk

cbcottawaEn complément de sa couverture continue des élections municipales d’octobre, CBC Ottawa a lancé une campagne de mobilisation citoyenne d’une durée d’un mois. Grâce à cette initiative, nous voulons aller au cœur des attentes des résidents envers les politiciens en leur posant la question « What would make your neighbourhood a better place? ».

Ainsi, des employés de CBC vont recueillir les commentaires des citoyens dans les 23 circonscriptions d’Ottawa, et ils profitent de l’occasion pour inviter tout le monde à entrer dans la conversation au moyen du mot-clic #CBCStreetTalk.

La responsable de ce projet, Christine Maki, est emballée : « #CBCStreetTalk nous permet d’amorcer une conversation publique sur la politique municipale. Nous prévoyons utiliser les réponses des participants pour guider notre couverture des élections et nous assurer que nos politiciens s’intéressent de près aux enjeux qui touchent le plus les résidents. »

L’équipe s’est d’abord arrêtée dans la circonscription 10, Gloucester-Southgate, où les questions de la sécurité, du logement abordable et de l’état des rues ont été soulevées.

C’est la première fois que la station se lance dans un projet aussi long et d’une telle envergure. Les résultats seront présentés à la télévision, à la radio et en ligne entre le 22 septembre et le 23 octobre.

- Anne Wiltshire, chef, Communications et Partenariats, CBC Ottawa

Le vidéo est seulement disponible en anglais.

Publié dans Médias Sociaux | Marqué avec , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Changer le Canada jeune par jeune

Plus tôt ce mois-ci, 100 jeunes adultes de partout au pays se sont réunis à l’Île-du-Prince-Édouard à la Conférence du nouveau Canada pour discuter et imaginer l’avenir du pays.  Nous avons invité une de ces jeunes à partager son expérience sur notre blogue.

Julia Ballerio-Dupé a grandi à Montréal et habite présentement à Vancouver. Elle étudie la sociologie.  Julia est aussi impliquée dans sa communauté et siège sur le conseil d’administration du Conseil jeunesse francophone de la Colombie-Britannique. 

***

© David Pike.J’ai eu la chance de participer à la Conférence du nouveau Canada . J’ai eu envie de participer, car je voyais là une occasion de partager avec d’autres jeunes mes idées pour changer un pays. Quand ma mère m’a appelée pour dire qu’elle avait reçu l’appel comme quoi j’avais été sélectionnée, j’ai littéralement sauté de joie.

Trois jours n’étaient pas assez, j’aurais voulu mieux connaître les autres, avoir des débats, mais le temps manquait

Il était intéressant de connaître l’opinion des autres sur les sujets abordés, de voir comment leur histoire personnelle influençait leur point de vue. J’ai réalisé que pour bâtir quelque chose, il faut parfois aller au-delà de son histoire personnelle, mais s’en servir pour partager avec les autres et trouver une solution convenable pour tous. Avec la conférence, j’ai pu mieux définir ce que j’ai envie de faire et pourquoi. Mon  envie de m’engager est encore plus forte, car quand je vois tous ces jeunes  qui ont envie de changer les choses, ça donne de l’espoir.

Les jeunes d’aujourd’hui semblent avoir tous un désir commun pour leur pays : celui de réparer les liens brisés. C’est un Canada plus social qui est ressorti. C’est un Canada qui serait un numéro un mondial dans  tous les domaines dont ils ont envie. Je suis fière d’avoir participé à cette conférence et j’espère que plein d’autres occasions du genre se présenteront pour les jeunes désireux de changer les choses.#Dreambig

- Julia Ballerio-Dupé, Étudiante, Vancouver, Colombie-Britannique

Publié dans La Culture, Les gens | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Hubert T.Lacroix à Winnipeg

IMG_0043Hubert T.Lacroix, PDG de CBC/Radio-Canada, a entrepris cette année de visiter les différentes régions du pays pour aller rencontrer les Canadiens. Ce sont des employés, des auditeurs ou des téléspectateurs, des partenaires ou des influenceurs, des jeunes ou des gens plus âgés.  Ces tournées, c’est l’occasion de discuter, d’échanger sur l’avenir du radiodiffuseur public et de la nouvelle stratégie Un espace pour nous tous.

C’est à Winnipeg et Saint-Boniface, les 17 et le 18 septembre, qu’il a commencé sa tournée cette année. L’élément marquant de cette visite? La rencontre avec des étudiants au programme de communication multimédia de l’Université de Saint-Boniface.

Ces jeunes, ils travailleront dans des maisons de production multimédia, des agences de marketing ou de publicité, des agences gouvernementales ou dans l’industrie du film et du son. Allumés et brillants, ces vingt-deux jeunes ont eu la chance d’échanger avec le PDG de CBC/Radio-Canada et donner leur avis sur l’avenir du diffuseur public.

Échange dynamique et stimulant, ces jeunes nous ont offert leur vision rafraîchissante du diffuseur public, de ce que l’on fait à tous les jours, et de que l’on devrait être.

-Marie-Eve Desaulniers,  Première conseillère, Image de marque, Communications et Affaires institutionnelles

Publié dans Événements | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Donner un coup d’accélérateur à la culture numérique grâce à #RCLab

mfcdtb-rclab-logo-230-145Des employés de Radio-Canada à Montréal ont organisé une série innovatrice de séances d’information à l’heure du déjeuner consacrée à la culture numérique. Cette initiative fait partie de Radio-Canada Lab, un projet lancé par Xavier K. Richard, qui travaille comme édimestre au sein de l’Équipe des communications interactives de Radio-Canada.

L’idée est venue à Xavier après avoir visité l’événement South by Southwest, une conférence et un festival interactifs consacrés aux technologies émergentes, où on lui a demandé à plusieurs reprises si CBC/Radio-Canada avait un laboratoire. À son retour, il a lancé des séances d’information à l’heure du déjeuner appelées les Midi Lab, qui donnent aux employés la possibilité de manifester leur créativité et leur esprit de collaboration, ainsi que de faire du réseautage.

L’objectif des Midi Lab consiste à échanger des idées et à collaborer sur des sujets liés au numérique, et c’est aussi un espace dans lequel on présente des personnes ou des travaux inspirants, tant de l’intérieur, que de l’extérieur de CBC/Radio-Canada.

Si la culture numérique vous intéresse, surveillez de près le fil Twitter de Radio-Canada Lab. Les employés de CBC/Radio-Canada peuvent en apprendre davantage sur #RCLab dans le portail iO!

-Melanie Miles, rédactrice/réviseure, Communications institutionnelles

Publié dans Technologie | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

​Rentrée 2014-2015 d’ICI Ottawa-Gatineau: une expérience rafraîchissante!​

JasmineTravailler avec les jeunes, c’est toujours enrichissant. Pour eux, c’est l’occasion d’apprendre le métier, de vivre une expérience unique et de mettre en pratique ce qu’ils apprennent sur les bancs d’école. De notre côté, cela nous permet d’avoir un œil nouveau et rafraichissant sur ce que l’on fait.

Pour souligner la Rentrée 2014-2015 d’ICI Ottawa-Gatineau, nous avons demandé à six jeunes de La Cité, un collège d’arts appliqués et de technologie, de nous prêter main-forte pour alimenter les médias sociaux pendant l’événement qui s’est déroulée le mardi 9 septembre à la Maison de la culture de Gatineau avec l’équipe d’Unité 9.

Qu’est-ce qu’elles ont retiré de cet expérience? Lisez ce texte de Gabrielle Marcotte.

- Jasmine Lalonde, Agente principale des communications, ICI Ottawa-Gatineau

***

IMG_6184Parfois, on ne réalise pas ses rêves. Ceux qu’on a lorsqu’on est tout-petit sont souvent merveilleux et même réalistes. Les miens l’étaient, mais finalement ce sont d’autres rêves et objectifs qui ont pris leur place en grandissant. Je souhaite un jour devenir directrice des communications ou directrice générale pour une entreprise ou un organisme et peut-être même travailler à mon propre compte.

Le 9 septembre, j’ai eu l’opportunité de vivre une partie de ce rêve. C’est à la Maison de la culture de Gatineau qu’ICI Ottawa-Gatineau a tenu son tapis rouge de La rentrée 2014-2015. Cinq de mes collègues et moi, toutes des étudiantes du programme de relations publiques au collège La Cité, étions la brigade médias sociaux pour cette soirée. Faire partie de cette brigade signifiait un des premiers pas vers ce rêve et une chance inouïe de rencontrer les animateurs régionaux de Radio-Canada et les artistes d’Unité 9, série télévisée que j’écoute religieusement. Ce soir-là, j’ai vraiment saisi à quel point le public d’Unité 9 est attaché aux personnages et aime les artistes qui les jouent.

Pour moi, être au cœur de l’événement et discuter avec le public, les animateurs et les artistes, était naturel. Chaque « J’aime » et partage de mes publications dans les médias sociaux était une approbation de plus, m’encourageant à continuer ma présence sur le web. De plus, les artistes et les animateurs nous ont félicités du travail que nous faisions. Venant des pionniers de ce métier, ces encouragements sont des plus précieux et confirment que mon rêve se réalise vraiment.

Il m’en reste beaucoup à apprendre : ce que j’ai vécu n’était qu’une infime partie de la gestion d’événements. Un jour, je serai celle qui les organisera de A à Z et j’ai hâte.

- Gabrielle Marcotte, Étudiante en communication et relations publiques, Université d’Ottawa et collège La Cité

Publié dans Événements | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

À la rencontre de citoyens : parlons d’Un espace pour nous tous!

Dans les dernières semaines, j’ai rencontré des gens de différents secteurs d’activités, des personnes super occupées, des gens branchés qui sont influent dans leurs communautés. Nous avons parlé de vision d’avenir…celui de CBC/Radio-Canada, bien sûr, mais aussi celui de l’univers médiatique vers lequel nous évoluons ensemble.

En Alberta, en Saskatchewan, en Ontario, au Québec et en Nouvelle-Écosse, les comportements des consommateurs sont en mutations. Ils écoutent CBC/Radio-Canada toujours, la regardent, la lisent, à la radio, à la télé et sur le web. La qualité, la fiabilité et l’unicité de notre contenu demeurent primordiales. Mais le « comment-accéder à ce contenu » change rapidement. Nous avons parlé de la nouvelle stratégie Un espace pour nous tous. J’ai écouté ce qu’ils avaient à dire à notre sujet, c’était extrêmement enrichissant.

Une fois la notion de changement assimilée, la stratégie est acceptée comme une évidence, la suite logique de notre évolution.

Les gens ont des idées à proposer. Et pas seulement sur le contenu – notre programmation – mais aussi sur la façon de le livrer. Avoir accès aux émissions au moment qui leur convient : au réveil, en rentrant du travail, entre les courses et en attendant le prochain rendez-vous.

Bien que nos contenus régionaux soient perçus comme un service essentiel dans le quotidien de bien des gens, je n’ai senti aucune réticence sur la manière de rendre ces contenus accessibles. Les gens sont souvent impatients de voir des changements même si nous sommes encore aux débuts de notre nouvelle stratégie.

Maintenant, je souhaite que les citoyens continuent la conversation et prennent position dans l’arène publique au sujet de notre avenir. La place que le diffuseur public occupe est à la fois importante et unique dans le paysage de la radiodiffusion au pays. Merci de nous aider à en assurer sa pertinence et son rayonnement. Visitez notre site web pour en apprendre davantage sur la nouvelle stratégie.

- William B. Chambers, Vice-Président, Image de Marque, Communications et Affaires Institutionnelles

 

Publié dans Planification stratégique | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

Comment définir le Canada?

header-ncc-blog

Des jeunes de partout au pays se penchent sur cette question.

Réfléchir à l’histoire de notre pays. Imaginer et définir son avenir. Nouer des liens avec d’autres Canadiens et Canadiennes. C’est le mandat que se donnent 100 jeunes de 19 à 24 ans de partout au pays alors qu’ils participeront, ce week-end, à  la Conférence du nouveau Canada.

Cette grande conférence se tient dans le cadre des événements soulignant le 150e anniversaire de la Conférence de Charlottetown qui a mené à la création du Canada. Le programme de la fin de semaine est ambitieux. On peut facilement imaginer l’effervescence des idées, les échanges dynamiques et tout le travail qui sera accompli et qui donnera, concrètement, la production d’un cahier d’idées sur le nouveau Canada.  Cette publication bilingue, destinée à la population canadienne, sera assemblée en moins de 72 heures. Beaucoup de travail en perspective pour ces jeunes visionnaires! Et une chance inouïe d’avoir un impact réel sur le pays tel qu’ils le conçoivent.

Vous et moi ne serons pas à l’Île-du-Prince-Édouard pour participer à cette conférence. Ça ne nous empêche en rien de contribuer à cette réflexion et façonner, nous aussi, un pays à notre image.

Alors : selon vous, quelles sont les valeurs qui définissent le Canada de demain? Quelles sont les priorités que l’on devrait se donner? De la matière à réflexion….et à discussion!

Vous pouvez participer à la conversation sur Twitter et Facebook en utilisant le mot-clic #NCCCNC.

- Carole Breton, Chef, Communications et relations publiques, Communications institutionnelles

Publié dans Histoire | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire