CBC/Radio-Canada récompensée par le Partenariat en Éducation

kidworks-awds-348x230CBC/Radio-Canada est l’une des entreprises lauréates du Prix de l’employeur remarquable du Canada 2014 du Partenariat en Éducation.

CBC/Radio-Canada est l’une des dix entreprises sélectionnées pour recevoir ce prix parmi 75 000 employeurs dans tout le Canada qui ont invité des élèves de 9e année dans leur lieu de travail, dans le cadre du programme Invitons nos jeunes au travail.

C’est également la quatrième année consécutive que la Société remporte cet honneur. CBC/Radio-Canada Maritimes avait reçu ce prix en 2011 et 2012.

« Malgré les défis que CBC/Radio-Canada a dû surmonter cette année, nous sommes heureux de pouvoir offrir encore une fois aux jeunes élèves de 9e année l’occasion de réfléchir à leur avenir professionnel », a déclaré Todd Spencer, directeur général, Personnes et Culture, CBC. « Nous sommes fiers que le Partenariat en Éducation reconnaisse encore une fois notre participation à son programme, ainsi que nos efforts à faire connaître nos services, nos émissions et nos contenus innovateurs auprès des jeunes. »

CBC/Radio-Canada a été récompensée pour son soutien et son dévouement continus à l’égard de l’éducation et des stages, en particulier pour les activités déployées pendant la journée Invitons nos jeunes au travail. Les employés ont pu amener leurs enfants au travail dans les établissements de CBC/Radio-Canada à Vancouver, Calgary, Ottawa, Toronto et Halifax, et les faire participer à des activités non officielles organisées un peu partout au pays.

Les employeurs remarquables sont jugés selon cinq critères portant sur la manière dont les entreprises ont mobilisé les élèves de 9e année pendant l’événement Invitons nos jeunes au travail, et dont elles ont mis de l’avant les avantages de s’initier tôt aux différents domaines professionnels. Pour en savoir plus, rendez-vous sur leur site web.

- David Oille, Premier conseiller, Communications stratégiques, Communications institutionnelles

Publié dans Prix et récompenses | Marqué avec , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Assemblée publique annuelle de CBC/Radio-Canada

postalLe 19 novembre 2014, nous tiendrons notre assemblée publique annuelle à Montréal.  L’assemblée est une excellente occasion pour les Canadiens de se rassembler et de discuter de leur radiodiffuseur public national. Le thème général sera étroitement lié au nouveau plan stratégique de CBC/Radio-Canada – Un espace pour nous tous. CBC/Radio-Canada : Une transformation à votre image.  Vous changez, nous aussi.

Quel que soit l’endroit où vous vivez au Canada, vous pouvez participer à l’assemblée publique annuelle de CBC/Radio-Canada. Voici comment :

  • En personne. Si vous êtes à Montréal, vous êtes invité à y assister en personne, mais assurez-vous de vous inscrire à l’avance, car le nombre de places est limité. Pour vous inscrire, envoyez un courriel : apa@radio-canada.ca.
  • En webdiffusion en direct.
  • Sur Twitter. Nous publierons des messages Twitter en direct à partir de l’assemblée et accepterons aussi les questions. Suivez @RC_APA et le mot-clic #RCAPA.
  • Rendez-vous au cbc.radio-canada.ca/apa pour plus de renseignements.

Nous espérons que vous pourrez vous joindre.

- Hélène Breau, Agente de communications / Communications institutionnelles

Publié dans Événements | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Découvrir le Nord avec Devin Heroux

MEDDevin Heroux, reporter à CBC Calgary, s’est récemment rendu à Iqaluit à l’occasion du Sommet des Jeunes Ambassadeurs au Conseil de l’Artctique, qui réunissait plus de 60 jeunes Canadiens du nord et du sud du pays. Global Vision a organisé ce sommet dans le but de susciter la discussion et de proposer des solutions novatrices en réponse aux problèmes les plus pressants de la région.

-Marie-Eve Desaulniers, Première conseillère, Image de marque, Communications et Affaires institutionnelles

***

À mon arrivée, notre délégation a été accueillie par des jeunes de partout dans le Nord. Le sommet avait pour objectif de favoriser une conversation franche et directe sur les problèmes les plus urgents qui sont présents dans le Nord canadien afin d’aider les participants à mieux comprendre la vie dans la région arctique.

J’ai pris conscience de bien des choses au fil de mes discussions avec des jeunes et des gens du coin, et de mes promenades dans divers endroits de la région. Les habitants d’Iqaluit sont des gens très fiers qui tiennent à leurs traditions, mais qui en même temps ressentent un besoin insatiable de se sentir en contact avec le Canada. Souvent, durant nos discussions, ils m’ont bien fait comprendre qu’ils étaient au courant de ce qui se passait à l’extérieur de leur communauté isolée. À la bibliothèque, où des ordinateurs connectés à Internet sont mis à la disposition des visiteurs, on faisait la file pour regarder la dernière vidéo sur YouTube et prendre des nouvelles de son monde sur Facebook.

C’est un endroit tranquille, un endroit serein. Rien ne sert de courir, et aucune heure de pointe ne viendra vous ralentir. Mais il y a des problèmes, notamment le taux de décrochage scolaire, les prix astronomiques de la nourriture et l’alcoolisme. Bien des jeunes ont encore l’impression que le Nord canadien est laissé pour compte.

Les jeunes qui ont participé au sommet – ils étaient plus de 60 – préparent actuellement un communiqué à l’intention du premier ministre Stephen Harper, dans lequel ils font état de leurs découvertes et suggèrent des solutions. Cette excursion m’a ouvert les yeux; elle m’a permis d’apprécier un peu plus ce vaste pays.

– Devin Heroux, reporter, CBC Calgary

Publié dans La Culture, Les gens | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

Bâtir une culture axée sur la conscience environnementale et sur la durabilité

En plus de rejoindre les Canadiens au moyen d’une programmation multiplateforme, CBC/Radio-Canada bâtit une culture interne axée sur la conscience environnementale et sur la durabilité. Le rapport de performance environnementale pour l’exercice financier 2013-2014, maintenant en ligne à l’adresse cbc.radio-canada.ca/vert, donne un aperçu des nouveaux systèmes et programmes et des étapes charnières qui nous aident à atteindre cet objectif.

Une nouveauté cette année, le rapport comprend une représentation graphique intitulée Pleins feux sur la durabilité de l’environnement, qui résume nos réalisations environnementales à l’échelle nationale et régionale. On y apprend, entre autres, quel volume de déchets électroniques nous avons réussi à détourner des sites d’enfouissement, et dans quelle mesure nous avons réduit nos émissions atmosphériques et notre consommation d’eau.

Consultez le rapport pour découvrir les mesures que prend CBC/Radio-Canada pour protéger l’environnement et pour contribuer à assurer un monde meilleur aux générations à venir.

- Athena Trastelis, Première chef, Environment, Santé et Mieux-être organisationnel RH, CBC/Radio-Canada

Publié dans Environnement | Marqué avec , , , , , , , | Laisser un commentaire

Nos enfants : ils s’amusent ou ils triment dur?

kid-day-manchette-frAujourd’hui, ils feront les deux à CBC/Radio-Canada alors que nous recevons des élèves de 9e année dans le cadre de la journée Invitons nos jeunes au travail.

Événement phare du mouvement Partenariat en Éducation, la journée Invitons nos jeunes au travail est une formidable occasion pour les élèves de partout au Canada de commencer à penser à leur avenir professionnel et d’en apprendre davantage sur ce que nous faisons.

Ils auront la chance de voir nos studios, nos salles de nouvelles et nos régies en pleine action, d’assister à des enregistrements en direct, d’apprendre à utiliser des caméras et à lire des scénarios, et de rencontrer nos animateurs, producteurs, monteurs, experts en ventes et en médias sociaux, etc. Ainsi, les jeunes qui passent la journée avec nous pourront découvrir quelles sont les compétences requises pour travailler dans l’univers des médias et pour s’intégrer dans un milieu de travail. Et si l’on se fie aux expériences précédentes, ils auront aussi beaucoup de plaisir.

Depuis sa création en 2011, le Prix de l’employeur remarquable du Canada du Partenariat en Éducation a été remis tous les ans à CBC/Radio-Canada Maritimes en reconnaissance de la façon dont elle tend la main aux élèves durant la journée Invitons nos jeunes au travail.

Soyez à l’affût, puisque toute la journée nous mettrons à jour les photos de l’événement qui se tient à Vancouver, Calgary, Ottawa, Toronto et Halifax, en plus des autres activités non officielles qui ont lieu partout ailleurs au pays. Vous pouvez aussi suivre  le déroulement des activités tout au long de la journée sur Facebook ou sur Twitter avec le mot-clic #RCjeunes.

- David Oille, Premier conseiller, Communications stratégiques, Communications institutionnelles

Publié dans Enfants, Étudiants | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Un espace pour nous tous : Une vision claire pour l’avenir de CBC/Radio-Canada

Les quotidiens publiés samedi ont largement fait écho au livre Ici était Radio-Canada et aux propos alarmistes de l’ancien directeur général de l’information des Services français de Radio-Canada, Alain Saulnier, qui dénaturent la stratégie dans laquelle nous sommes engagés. Je considère important de rétablir les faits dès maintenant.

Le plan stratégique Un espace pour nous tous propose une vision claire pour les cinq prochaines années. Il a été élaboré avec le concours de quelque 150 personnes travaillant dans tous les secteurs de l’entreprise. Il nous donne les moyens de faire en sorte que CBC/Radio-Canada soit axée plus que jamais sur la proximité de ses auditoires et sur la relation privilégiée que nous voulons renforcer avec chaque Canadienne et Canadien. Et il faut agir de toute urgence! Toutes les grandes entreprises médiatiques publiques ou privées dans le monde sont confrontées à un défi stratégique colossal : les gens consomment différemment les contenus et à des rythmes différents, les joueurs se multiplient, les rôles se modifient, le marché explose et le modèle d’affaires des diffuseurs traditionnels s’écrase. Les références passées ne sont d’aucun secours pour assurer la pertinence de CBC/Radio-Canada dans ce nouveau contexte. Il faut une vision tournée vers l’avenir et c’est précisément la trajectoire du plan stratégique.

Voilà pourquoi je rejette totalement les affirmations à l’effet qu’un manque de vision de la présente équipe de direction ne conduirait ni plus ni moins qu’au démantèlement de CBC/Radio-Canada. Je considère aussi qu’il est faux de prétendre que notre télévision a pris un virage commercial qui nous dénature. Un simple regard aux programmations offertes aux réseaux français et anglais de télévision, au fil des dernières années, démontre la constance de nos orientations programmes. Elles ne sont guidées que par la volonté d’offrir une grande variété d’émissions canadiennes de qualité, et nous y réussissons fort bien. Et nous sommes déterminés à continuer d’offrir une programmation allumée, unique, distincte de celle des radiodiffuseurs privés, d’une créativité ambitieuse et audacieuse.

Nous avons donc effectivement entrepris un processus incontournable de transformation profonde de CBC/Radio-Canada. Le temps où deux ou trois chaînes généralistes dominaient les marchés français et anglais est révolu. CBC/Radio-Canada doit plutôt se doter de structures qui lui donnent la souplesse et la mobilité nécessaires, tout en lui assurant une stabilité financière pour atteindre ses objectifs. C’est là que nous voulons être en 2020.

Je m’en voudrais de ne pas commenter les affirmations et sous-entendus relatifs aux pressions politiques qui s’exerceraient sur la direction de CBC/Radio-Canada. Je tiens à être clair là-dessus. CBC/Radio-Canada est dirigée d’une manière totalement autonome du gouvernement. Les orientations stratégiques définies dans le plan Un espace pour nous tous ont été élaborées par nos équipes en toute indépendance du ministre et des hauts fonctionnaires du ministère du Patrimoine canadien. Ceux-ci n’interviennent pas non plus dans les choix que nous faisons face aux défis budgétaires, dans la gestion quotidienne de l’entreprise ou de son service de l’information. Cependant, il est normal qu’à l’instar de mes prédécesseurs, je reste en contact avec le ministère du Patrimoine canadien qui doit répondre de CBC/Radio-Canada devant le Parlement.

Les exemples d’interventions « décisives » du ministre tirés du livre d’Alain Saulnier et cités dans les journaux relèvent d’interprétations abusives ou erronées. Le cas de Gilles Duceppe à Médium large est révélateur à cet égard. En vérité, il s’agit d’une méprise de l’équipe de l’émission qui a approché M. Duceppe sans tenir compte de la politique journalistique imposant un moratoire de deux ans à l’embauche d’un politicien défait, et sans en aviser la direction de la Radio. Ce n’est donc pas pour faire plaisir au ministre, mais en raison de notre politique journalistique qu’on a prévenu M. Duceppe qu’il ne pourrait parler de politique à Médium large. Il a alors refusé la proposition. D’ailleurs, ce dernier a été invité, l’an dernier, à faire partie du Club des ex, mais a dû décliner parce que les règles du fonds de pension des élus fédéraux lui interdisaient de travailler pour une société de la couronne.

CBC/Radio-Canada est une société publique et comme telle fait partie du débat public. On peut légitimement critiquer nos orientations stratégiques. J’irais même plus loin. Il faut encourager un débat de fond sur cette stratégie. Mais ce débat ne mènera nulle part s’il se limite à voir comment maintenir ou ramener le diffuseur public à l’époque où TVA et CTV étaient nos seuls compétiteurs. Le marché d’aujourd’hui vibre davantage au rythme de Google, Netflix ou de partenariats inédits comme celui annoncé la semaine dernière par Vice Media et Rogers Communications.

Cette transformation ne se fera pas du jour au lendemain, mais CBC/Radio-Canada sera différente en 2020. Les prochaines années seront complexes alors que nous vivrons cette transition et réinventerons nos modèles d’affaires. Les réflexes de plusieurs observateurs sont de nous juger sur la base de ce que nous faisions auparavant, non pas sur ce que nous bâtissons pour l’avenir. Une telle piste de réflexion représente une avenue suicidaire si nous voulons que CBC/Radio-Canada demeure au cœur de la vie de nos enfants et nos petits-enfants!

- Hubert T. Lacroix, président-directeur général, CBC/Radio-Canada
Questions et réponses concernant divers sujets abordés dans les commentaires d’Alain Saulnier

Publié dans Planification stratégique | Marqué avec , , , , , , , , | Laisser un commentaire

CBC/Radio-Canada obtient les droits de diffusion des Jeux olympiques de Pyeongchang 2018 et de Tokyo 2020

Plus tôt aujourd’hui, le Comité International Olympique (CIO) a annoncé qu’il accordait à CBC/Radio-Canada les droits de diffusion pour le Canada des Jeux Olympiques d’hiver de Pyeongchang 2018 et des Jeux Olympiques de Tokyo 2020.

En tant que radiodiffuseur principal, CBC/Radio-Canada travaillera en partenariat avec Bell Média avec le concours de Rogers Media pour permettre aux Canadiens de vivre tous les moments exaltants des compétitions Olympiques et d’encourager les meilleurs athlètes du pays. Voici quelques photos de l’événement d’aujourd’hui à Toronto.

Publié dans Événements, Olympiques | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Retour sur les événements d’hier à Ottawa

Nous avons vécu une journée horrible à Ottawa, une journée qui laissera des traces chez chacun d’entre nous.

Je tiens à souligner le professionnalisme de nos CBCers et Radio-Canadiens – ceux qui ont couvert les événements en direct comme ceux qui travaillent toujours sur ce dossier en ce moment – pour s’assurer d’offrir aux Canadiens les informations les plus récentes. Leur couverture intelligente et sensible a même été citée en exemple, de la bonne façon de couvrir une histoire de cette nature (ici et ici, par exemple). Nous sommes fiers de vous tous.

Je suis fier de vous tous. La journée a été particulièrement difficile pour nos employés d’Ottawa. Notre priorité absolue, tout au long de cette crise, a été la sécurité de notre personnel. Toutes les décisions prises par l’équipe responsable de la planification des mesures d’urgence pour Ottawa, sous la direction d’Hugo Hotte, et par l’Équipe nationale de gestion de crise ont été gérées en fonction de cette priorité. La coopération de tout le monde nous a été très précieuse pendant ces moments stressants et exigeants.

Merci pour tout ce que vous faites, pour les Canadiens et pour vos collègues.

- Hubert T. Lacroix, président-directeur général, CBC/Radio-Canada

Publié dans Radio-Canada | Marqué avec , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Diffusion d’Igalaaq depuis Iqaluit

Imaginez. Vous vivez à Toronto et vous allumez la télévision pour prendre des nouvelles de votre communauté au téléjournal du soir. Vous attendez-vous à ce qu’il soit diffusé en direct depuis Winnipeg? C’est pourtant ainsi que les habitants d’Iqaluit, au Nunavut, ont reçu leurs nouvelles de début de soirée pendant 19 ans. L’émission Igalaaq de CBC, qui propose une revue des actualités du Nunavut et des Territoires du Nord-Ouest en inuktitut, était diffusée depuis Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest, à plus de 2 200 km d’Iqaluit.

Toutefois, depuis mai dernier, Igalaaq est diffusée depuis Iqaluit. Cette petite révolution a pu être réalisée à la suite d’un projet pilote – couronné de succès – qui a consisté à couvrir les élections au Nunavut en diffusant une émission en direct depuis Iqaluit, avec l’assistance de la régie de Yellowknife.

cbc northCette transformation de nos façons de faire a nécessité un travail d’équipe exceptionnel. En effet, l’équipe d’Iqaluit, qui produisait le contenu radio, a dû accepter non seulement d’intégrer un studio de télévision dans leur toute petite station, mais aussi d’apprendre à produire du contenu télé. Ainsi, le réalisateur radio est devenu un réalisateur télé, appelé à travailler sur la programmation, à offrir de l’encadrement aux animateurs en studio et à communiquer avec les réalisateurs de Yellowknife. Le technicien de diffusion radio fait office de caméraman. L’animateur télé est remplacé par les annonceurs radio, qui assurent également l’adaptation, la traduction et la voix hors champ en inuktitut pour l’émission de télévision. Le technicien de maintenance radio s’occupe aussi de la maintenance du studio de télévision, et deux postes de reporters ont été transformés en postes de vidéojournalistes, ce qui exige de la formation. Ce projet a été exécuté avec un budget minimal et dans un délai de quatre mois seulement.

Comment CBC North a-t-elle réussi à assumer ces nouveaux rôles aussi rapidement? « Nous sommes formidables! », rigole Jeff Gardiner, chef régional des TI, avant d’expliquer que, dans le Nord, faire preuve de souplesse et relever des défis techniques, ça fait partie du quotidien. Il n’y a aucune infrastructure pour le Réseau convergent de nouvelle génération (RCNG), qui fait le lien entre la plupart des installations de CBC/Radio-Canada, et les capacités large bande sont limitées. Les transmissions se font par satellite et elles sont toutes légèrement différées, y compris les transferts de données. Les employés savent qu’ils doivent composer avec ces contraintes. Par exemple, lorsque le réalisateur à Yellowknife donne le « go » à l’animatrice à Iqaluit, cela prend une seconde et demie avant que la voix de cette dernière soit diffusée. Elle doit donc savoir quand plonger et se mettre à parler. Ce décalage existe aussi pour l’affichage des sous-titres et des images, et l’équipe technique doit en tenir compte.

Et ce ne sont pas les seules embûches! Le personnel en régie à Yellowknife ne parle pas l’inuktitut, la langue de diffusion. Par ailleurs, tous les scripts sont en anglais, car il est impossible d’afficher en inuktitut sur le télésouffleur et dans le système iNEWS. L’animatrice doit donc traduire simultanément le texte qu’elle lit sur ces écrans!

Malgré toutes les difficultés, Jeff explique que dès qu’il a été possible de diffuser depuis Iqaluit, tout le monde a convenu que c’était la chose à faire pour promouvoir le Nunavut, ses habitants et leur culture, chez eux et dans leur langue. Par cet investissement dans les communautés, CBC North continue d’innover et de mieux faire les choses.

-Melanie Miles, rédactrice/réviseure, Communications institutionnelles

Publié dans CBC/Radio-Canada au travail, La Culture, Les gens, Technologie | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Tomas Urbina à Berlin : Ich bin Journalist aus Kanada

Réalisateur à CBC Radio, Tomas Urbina, a eu la chance d’être l’un des professionnels des médias sélectionnés pour participer au Arthur F. Burns Fellowship. Ce programme offre à de jeunes journalistes des médias imprimés et diffusés de divers pays l’occasion de parler métier avec leurs collègues outre-Atlantique, tout en travaillant comme correspondants à l’étranger pour l’organisation médiatique qui les emploie. Comme le séjour de deux mois de Tomas tire à sa fin, nous lui avons demandé de nous parler un peu de son expérience à Berlin.

***

TU Schleswig-Holstein farmC’est seulement la deuxième année que le Canada participe à ce programme créé il y a 26 ans. Nous avons donc été honorés et emballés de l’invitation. Nous sommes six participants à Berlin, et j’ai été intégré à l’équipe de The Local Germany, un site web de nouvelles en anglais couvrant l’actualité allemande.

Mes deux mois passés à découvrir Berlin (et à en tomber amoureux) et à chasser la nouvelle pour The Local et CBC – souvent dans différentes régions du pays – m’ont gardé très occupé.

Le programme comprend deux semaines de cours intensifs d’allemand au Goethe Institute, qui m’ont été des plus utiles. J’ai continué à apprendre et à m’exercer avec les personnes que je rencontrais en entrevue et dans ma vie de tous les jours à Berlin.

TU Berlin seniorsGrâce à ce programme, j’ai été exposé à la réalité trépidante d’une organisation de nouvelles en ligne. Avec une petite équipe, The Local produit 10 reportages par jour, principalement à partir de dépêches allemandes. Comme mon allemand était encore de niveau débutant, mes collègues m’ont donné du temps pour produire mes propres reportages sur tout un éventail de sujets, entre autres le combat mené par des personnes âgées contre un géant du secteur immobilier pour conserver leurs appartements, de minuscules villages qui construisent leur propre réseau Internet ultrarapide, l’approche allemande face à la montée du groupe armé État islamique, et le 25e anniversaire de la chute du mur de Berlin. Maintenant, je comprends mieux la valeur des organisations médiatiques qui offrent leurs contenus seulement sur Internet et les avantages de mettre ces contenus en ligne rapidement, ainsi que les facteurs qui accroissent le trafic sur des sites de nouvelles comme The Local.

Cette aventure a confirmé mon amour pour le travail de terrain. Grâce à mon parcours à CBC, je savais ce qui m’attendait dans la salle des nouvelles et quels types de sujets fonctionneraient bien sur le site web. Dans l’ensemble, l’expérience a été incroyablement positive, et les personnes que j’ai rencontrées et avec qui j’ai travaillé m’ont accueilli à bras ouverts. Je recommanderais ce programme sans hésiter.

- Tomas Urbina, réalisateur à CBC Radio et participant au Arthur F. Burns Fellowship

Publié dans Les gens | Marqué avec , , , , , , , , | Laisser un commentaire